bowl fire
Ver 180x255 sketch 1494763640697

DESCENDANTS DES DRAGONS - PARTIE 1 : Le royaume des dragons

Szerző: Choux 's avatarChoux

Dans le pays de Dragonvalley les habitants ont une apparence différente de celles des autres humains, et cela pour le simple fait que le sang des dragons coulent dans leur veine. Un jour une princesse de la Baie Markie, un pays voisin menacé d'entrer en guerre avec l'un des pays...

4832 4832 megtekintés
0 0 hozzászólás

Chapitre 1 : La naufragée

A fejezet kb. 2 éve lett frissítve
1381 1381 megtekintés
0 0 hozzászólás

Chapitre 1 : La naufragée

 

    Plusieurs années passèrent après la destruction d'Anoss, Dragonvalley vivait paisiblement sa vie sans se soucier des pays environnant. En effet le royaume était inaccessible pour la simple raison qu’il était enclavé par les montagnes et que la seule entrée d’autres fois, un tunnel creusé autrefois par les dragons avait été bloqué. Le seul moyen d’y entrer était donc d’escalader des monts entiers ou passer par la mer, mais de ce côté Dragonvalley possédait de nombreux ports très protégé. Le roi actuel, Arassio VI, était aimé de tout son peuple pour sa grande bonté. Personne dans ce pays n’était délaissé. Ce n’était pas un grand pays puisqu’il était constitué de seulement de la grande capitale et de petits villages fermiers tout aussi riches. En effet l’un des fondement de ce pays était l’égalité et le partage ainsi du plus petit paysan à la famille royale, tous avaient suffisamment de quoi se nourrir, se vêtir et se loger. 
Le roi n’avait eu de sa défunte épouse qu’un fils qui serait donc le prochain roi. Arou Aragon avait eu 18ans, c’était un prince curieux et généreux qui avait pour passe temps de s’aventurer hors du palais et aider les habitants ou visiter les villages environnants. Cependant au regret du roi il n’était pas érudit. Il n’était pas bête loin de là mais ne prenait pas ces études au sérieux et passait son temps à s’enfuir du palais au grand désespoir de ces professeurs. C’était un prince un peu trop inconscient mais vivant dans une époque sans réel danger s’était inévitable.

 

-    Luth dépêche toi ! Cria le prince. 


Un jeune garçon accouru aux côtés du prince, il portait de grosses lunettes toute ronde et avait des cheveux d’un gris inhabituel et semblait avoir une dizaine d’année. Il s’agissait de Luth Mélios, l’attendant du prince et aussi son meilleur ami. Ils s’étaient tous deux faufilés en dehors du château par un accès dont seuls eux avaient le secret. Luth était le fils d’une famille proche du roi, lorsque ces parents étaient morts en mer, le roi l’avait adopté et il était à présent comme un jeune frère pour Arou. Contrairement à lui il avait une vraie passion pour apprendre et suivre les cours, de ses 12ans il avait déjà lu de nombreux livres de la bibliothèque du palais normalement trop compliqués pour lui. Il était particulièrement attiré par le ciel et l'astronomie, il s’était fixé pour objectif d’un jour inventé une machine pouvant voler tel un dragon dans le ciel. 
Ce jour là, ils avaient décidés voir les moorques (des espèces de phoques blancs très rapide et très agile) en pleine immigration qui s’arrêtait chaque année au bord des plages du royaume pendant quelques semaines. Leur vue était en soit un spectacle magnifique, en effet ces animaux était assez vigilant et extrêmement rapide, il était donc difficile de les apercevoir très clairement mais on disait que ça peu luisante changeait de couleur au soleil. Luth avait lu dans un livre que ces créatures passaient leur vie à traverser les océans, lorsque le temps était froid près du grand continent ils allaient s’accoupler à l’autre bout de la planète sur des îles inhabitées où il mettait bas et élevé leurs progéniture pour ensuite lorsque la température baissait revenir vers les côtes. Ils étaient cependant très prisé par les braconniers pour leur peau très rare, ils devenaient donc plus méfiants des Hommes. Mais ici à Dragonvalley cet espèce était protégée et interdis de chasser car le lagon où se trouvait Dragonvalley était l’un des endroits les plus fréquentés de l'espèce.


-    Tu crois qu’on va en voir beaucoup ? Demanda le jeune garçon. 
-    Sans aucun doute. T’as vu comme il fait chaud ? Répondit le prince. 


Le jeune homme lui tendit la main pour l’aider à grimper sur un rocher, ils étaient à l’extérieur de la capitale du côté de la côte, leur ventre commença à gargouiller puisqu’il devait à présent midi passé. Ils étaient passé par le port où ils avaient salué les pécheurs et marchands réveillés depuis l’aube qui furent étonnés de les voir sortir du palais si tôt. Ils décidèrent donc de s’arrêter manger les encas qu’ils avaient ‘’ emprunté ‘’ dans la cuisine du palais, ils s’assirent donc sur un rocher pas loin de là où ils purent manger avec une magnifique vue sur la mer. Ils pouvaient voir au loin l’extrémité du pays de Giomanne, même si la mer touchait les deux pays, Dragonvalley était le maître du lagon et aucun bateau étranger n'était toléré dans les abords de leur zone. Les dragoniens avaient appelé ce lagon l'œuf du dragon par sa forme particulièrement ronde, de plus de nombreuses légendes locales racontaient qu’un dragon dormirait encore dans les tréfonds de ce lagon, c’était donc le devoir du peuple dragoniens de protéger l’habitat d’un dragon. 
Une fois la marche reprit ils arrivèrent vers la plage des moorques en début d’après midi. Ils restèrent comme prévu à une certaine distance pour pas les effrayés et les observèrent à l’aide d’une longue vue. Un petit groupe de moorques bronzés allongés sur le ventre profitant du bain de soleil. Ils virent alors leur peau à première vue d’un blanc très pâle virer au jaune orangé puis au rouge. Ce changement de couleur était un spectacle unique. 


-    On dirait qu’ils prennent des coups de soleil… Se moqua gentiment Luth.


Cette remarqué fit sourire le prince qui prit à son tour le longue vue. Alors qu’il regardait lui aussi le changement de couleur il recula accidentellement et tomba à la renversé. Le bruit provoqué par sa chute surpris les moorques qui se précipitèrent dans l’eau. 


-    Oh non… Tu les as fait fuir ! Marmonna l’enfant. 


Le jeune homme aux cheveux noirs se releva péniblement massant le bas de son dos et s’excusant à son ami. Il regarda alors déçu les créatures retourner dans la mer quand autre chose attira son attention. Au loin dérivant à la surface de l’eau, il vit une forme flotter. Il ramassa la longue vue et la dirigea vers la forme. Dans un élan de panique, il lança l’objet dans les mains du garçon et se précipita à son tour dans l’eau nageant le plus vite possible vers ce qu’il avait vu. Le garçon de 12ans le regarda inquiet, il aurait bien voulu le suivre malheureusement il ne savait pas nager aussi bien que lui. Il le vit prendre avec lui l’objet flottant avec précaution et le ramener sur la plage. Luth se précipita alors à sa rencontre et réalisa que ce n’était pas un objet, mais une femme évanouie qui flottait agrippée à ce qui semblait être un morceau cassé de bateau. Le jeune prince la ramena sans grande difficulté sur la rive où son compagnon le rejoignit. 


-     Elle est vivante ? Demanda t-il. Décale toi je regarde. 


Il s’agenouilla dans le sable et posa son oreille sur la poitrine de la jeune femme. Son cœur battait. Il fit signe à son ami que tout allait bien et tous deux soupirèrent de soulagement. La naufragée avait des cheveux d’un rouge éclatant devant lui arriver au dessus des épaules, ceux-ci intriguèrent les deux garçons car dans leur pays les habitants avaient des cheveux allant du blanc passant par tous les dégradés jusqu’au noir. Elle portait une robe déchirée vers le bas lui dévoilant presque toutes ces jambes, elle n'était pas très grande mais semblait être dans la même tranche d’âge qu'Arou.


-    C’est une étrangère… On fait quoi ? Demanda le plus jeune en la regardant inquiet.


Les seuls étrangers qui avait fouler le sol de Dragonvalley était de rares marchants du port qui était extrêmement surveillé. Ils arrivaient en bateau au port de la capitale sous la surveillance des gardes côtes où il n’était autorisé à quitter le navire seulement pour déposer leur cargaison, un seul faux pas et ils pouvaient se retrouver expulser dans le meilleur des cas ou emprisonné dans la Grande Tour. Une grande tour à l’extérieur de la ville qui servait de prisons sans aucun doute la plus gardée au monde. Les premiers étages étaient réservé pour les délinquant ou voleur ce qui était assez rare, et les derniers étages étaient pour les étrangers ayant enfreint les lois ou étant entrer dans le pays en clandestinité et les plus grands criminels. Comme le pays était en paix, la prison était surtout rempli d’étrangers, cependant ceux qui avait la malchance d’entrer dans les derniers étages n’en ressortaient jamais. 
Le prince fit un visage penseur, dans des circonstances normales il devrait l’amener à la Grande Tour mais dans ce cas là elle avait seulement fait naufrage son bateau avait dû couler vers l’entrée du lagon car il n’avait pas eu de retour sur un bateau ayant essayer de franchir leur territoire. Il s’accroupit, se tourna dos au corps de la femme, lui prit le bras et la plaça sur son dos. 


-    Pour l’instant ramenons la au palais, on verra après. Décida t-il.

 


    La jeune fille se sentit tout d’abord bien, elle n’avait pas encore la force d’ouvrir les yeux mais l’endroit où elle était allongée était d’un confort extrême. Tout son corps était enveloppé d’une agréable chaleur et elle sentit une odeur du feu de bois qui lui semblait très familière. Pourquoi ne pouvait-elle pas trouver en quoi elle lui semblait familière ? Tout lui semblait noir. Elle rouvrit les yeux difficilement et la première chose qu’elle vit fut un magnifique lustre doré. Elle fronça les sourcils,  où se trouvait-elle ? Elle ne connaissait définitivement pas cet endroit. Elle regarda autour d’elle et vit une luxueuse chambre, elle était allongée sur un grand lit et portait une robe en une matière qu’elle n’avait jamais vu avant. Elle s’assit au bord et massa ses tempes afin de mettre en ordre ses souvenirs. Non. Quels souvenirs ? Elle avait beau se creuser les méninges tout était trop flou. Elle ne se rappelait de rien. 


-    Vous voilà enfin réveillée mademoiselle. L’interpella une voix inconnue. 


Une veille femme portant une robe noire et un tablier blanc vint se placer devant elle, elle l’examina du regard et remonta ses petites lunettes rondes posées sur le bout de son nez. Ce qui paralysa de terreur la jeune fille fut les deux petites cornes sur sa tête. Elle ne se rappelait cette de rien mais ça, c’était quelque chose d'anormal. Elle posa ses pieds sur le lit et recula vers le bout du celui-ci machinalement. En voyant sa réaction la femme soupira. 


-    Le jeune maître vous a trouvé sur la côte, il vous a ramené ici et je vous ai changé moi-même. Comme je ne savais pas quoi faire de vos anciens vêtements je les ai mis ici. Dit-elle en désignant une pile de vêtements pliés. Veuillez patienter jusqu’à ce que le jeune maître revienne. 


La servante fit une petite courbette et quitta la pièce en fermant la porte derrière elle. Elle fut ainsi seule dans cette grande chambre. Une fois son choque passé, elle se rendit compte de sa situation et en profita pour remettre en ordre toutes les informations qu’elle possédait. Elle ne se souvenait pas de son nom et d’après cette vieille femme, son maître donc sans doute quelqu’un de riche, l’avait trouvé vers la rive. D’ailleurs qu’est-ce qu’elle était ? Une sorte de démon ? Etait-elle morte lors d’un naufrage de bateau et serait-elle maintenant en enfer ? Elle secoua la tête comme pour se persuader. Si c’était vraiment l’enfer alors elle ne serait pas dans une chambre si luxueuse. Elle se leva et déplia ces habits. Ils ne lui disaient rien mais l’odeur qu’ils dégageaient étaient bien la sienne mélangé à l’odeur d’eau de mer qui lui piqua légèrement le nez. Mais où se trouvait-elle ? Et d’où venait-elle ? 
Elle regarda la porte que la servante venait de fermer, elle devait le découvrir par elle-même. Si derrière cette porte se trouvait un monde chaotique comme l’enfer ou autre chose dont elle ne pouvait pas imaginer. Elle se dirigea prudemment vers la porte et au moment où elle posa sa main sur la poignet la porte s’ouvrit d’elle-même dévoilant une jeune homme aux cheveux noirs qui sembla aussi surprit qu’elle. 

 

Hozzászólások:

Még nem szólt hozzá senki, légy te az első!